L’anxiété, source de renouveau

Bonjour chers parents,

Au début du mois je vous ai promis des partages précieux pour célébrer les cadeaux de vie que nous avons tous reçu et que nous découvrons à travers nos enfants. La semaine dernière, j’ai publié un premier texte écrit par ma nièce; je ne sais pas pour vous, mais moi j’étais très touchée et reconnaissante de ces mots qui venaient du cœur. Cette semaine, je vous propose le texte de ma sœur aînée qui a une force inébranlable quand vient le temps de relever des défis avec son fils. J’espère que les textes proposés ce mois-ci vous apporteront réconfort et espoir. Je vous souhaite donc bonne lecture et un très Joyeux Noël. Je vous reviens la semaine prochaine avec un dernier billet-partage avant d’entamer la nouvelle année.

Texte de Mireille

Mon fils a subi un traumatisme crânien suite à un accident de la route alors qu’il avait 17 ans et depuis notre vie à tous a été changée.  Il y a des journées qui se déroulent très bien malgré les embûches et d’autres où tout va de travers.  Les séquelles de mon fils sont permanentes, donc ses besoins aussi.  J’ai mis au monde un fils en pleine santé et avec une grande capacité pour accomplir ses rêves mais depuis l’accident, sa vie a basculé ainsi que la nôtre.

Le meilleur conseil que j’ai eu me vient du pédiatre de mes enfants qui m’a dit un jour : « La spécialiste, c’est toi la maman.  Je peux te prescrire un médicament mais c’est toi qui sais si tu dois venir me voir et si c’est cela que ton enfant a besoin.  Fie-toi à ton instinct. »

Quand mon fils a commencé à faire de l’anxiété après l’accident, ce conseil m’est revenu à l’esprit car beaucoup de personnes veulent aider et nous offrent multiples conseils.  Mon fils qui avait 17 ans au moment de l’accident, est devenu anxieux suite aux nombreux changements dans sa vie.  Ce fût une grande période d’adaptation pour lui et pour nous,  lui qui était considéré comme une personne très détendue mais qui est devenu une boule d’anxiété.

Avec les années, nous avons tous appris à reconnaître ses symptômes d’anxiété afin de mieux gérer les situations et lui présenter les choses sous un autre angle lorsqu’il était en période d’anxiété.  Je suis devenue une spécialiste sur l’art de reformuler et de choisir le meilleur moment pour lui parler d’un sujet en particulier si je sentais que je ne devais pas le faire immédiatement.

Mon fils a maintenant une compagne qui fait partie de sa vie et avec qui il apprend à développer sa relation de couple.  Il reconnaît maintenant ses périodes d’anxiété et se donne les moyens pour ne pas laisser l’anxiété contrôler sa vie.  Sa conjointe est une perle et est ouverte à mieux le connaître en nous demandant de l’aider quand les choses risquent de déraper.

Je côtoie encore des spécialistes pour me donner l’information technique dont j’ai besoin mais j’ai aussi compris qu’ils n’avaient pas toutes les réponses.  Mon pédiatre avait raison de me dire de me fier à mon instinct de mère.  Aujourd’hui, je sais que l’anxiété fera toujours partie de sa vie.  Je me suis donc équipée pour mieux gérer les situations plutôt que de me battre contre l’anxiété.  Mon fils m’a permis de développer mes qualités en écoute active, de maîtriser mes émotions de maman pour être une personne ressource dans sa vie, et il m’a fait comprendre quel cadeau merveilleux était la vie.  Il a été hospitalisé pour presque une année et ensemble en famille nous avons réussi à retrouver l’espoir et la confiance dans la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *