Les fameuses communications orales

Un outil pour en finir avec la peur de parler en public

Par Francine Provost, Parent Leader.ca

L’autre jour une amie me parlait de sa fille qui avait une peur bleue de parler en public et qui refusait de faire ses communications orales à l’école. Ça m’a tout de suite interpellée! Quand j’étais au secondaire, il m’est arrivé souvent de me désister de ces fameuses communications orales, et pour mes enfants, ça été un grand stress aussi.

Si ça vous est déjà arrivé à vous ou à votre enfant de refuser de faire une présentation à cause du stress que ça cause, ou de ne pas dormir les trois nuits précédant la présentation, eh bien rassurez-vous car vous n’est pas seul… parler en public est la peur #1 au monde et ce, devant la peur de mourir.

Devenue adulte, ça continué d’être difficile pour moi une bonne partie de ma carrière jusqu’à ce que je prenne la décision d’en finir avec cette peur de parler en public et que je me joigne à un club Toastmasters.

Dans ce cheminement, je suis devenue formatrice en communication et j’ai longtemps enseigné la communication orale dans les milieux corporatifs. Pour aider les gens à surmonter leur stress, je me suis inspirée de plusieurs sources et j’ai développé des outils efficaces et faciles à utiliser. Aujourd’hui je vous en offre un qui pourrait vous être utile à vous ou à votre enfant qui n’aime pas trop faire des communications orales.

Le dialogue intérieur positif (DIP)

Cette stratégie consiste à transformer les pensées qui vous affaiblissent en pensées qui vous renforcissent. Les meilleures présentations débutent à l’intérieur. Au lieu d’alimenter des pensées de peur comme : « Ils n’aimeront pas ma présentation » ; «Je n’en connais pas assez sur ce sujet » ; « Qu’arrivera-t-il si j’oublie mon texte ? », transformez ces pensées stressantes en pensées rassurantes. Comment ? En découvrant le pouvoir du dialogue intérieur.

Processus pour utiliser le DIP – un exemple suit

1. Prenez une feuille blanche et tracez une ligne au milieu. Vous pouvez aussi télécharger gratuitement le gabarit LE DIP_Exercice.
2. Inscrivez « Pensées qui m’affaiblissent » à gauche et « Pensées qui me renforcissent » à droite.
3. Dans la colonne de gauche, faites la liste (environ 8-10) des pensées stressantes qui vous viennent à l’esprit lorsque vous pensez à faire votre présentation.
4. Lisez la colonne de gauche et prenez conscience du sentiment qui vous anime (possiblement un sentiment qui diminue votre confiance).
5. Trouvez l’équivalent positif de chaque pensée de la colonne de gauche (ce sur quoi vous avez un contrôle), et inscrivez-le dans la colonne de droite.
6. Rayez la pensée de gauche.
7. Après avoir terminé votre liste, pliez votre feuille en deux verticalement et relisez la colonne de droite en prenant conscience du sentiment qui vous anime.
8. Lequel trouvez-vous le plus efficace ?

 

Exercice – Le « DIP »

Dans la colonne de gauche, faites la liste des « pensées qui vous affaiblissent » lorsque vous pensez à votre prochaine présentation (par exemple : j’ai peur d’oublier mon texte; j’ai peur de ne pouvoir répondre aux questions, ma voix tremblera sûrement, etc.).

  1. Pour chacune de ces pensées, trouvez une pensée différente – une pensée qui vous rassurera – et inscrivez-la dans la colonne de droite (par ex. : je connais très bien mon contenu et je me suis bien préparée; j’ai assez de connaissances pour répondre aux questions de mon auditoire, c’est acceptable de prendre une bonne inspiration pendant la présentation, etc.).
  2. Rayez ensuite la pensée stressante de gauche. Cela a pour effet de ne garder qu’une seule des deux pensées dans votre esprit, soit celle qui vous aide.
  3. Pliez votre feuille au centre, et relisez la colonne de droite. Vous vous sentirez plus confiant.
 Pensées qui nous affaiblissent  Pensées qui nous renforcissent
1. J’ai peur d’oublier mon texte.  1. Je connais mon contenu, je suis bien préparée, je choisis de me faire confiance.
2. J’ai peur de ce que les autres vont penser s’ils voient que je suis nerveuse (tremble, devient rouge) 2. Je sais maintenant que 99% des gens sont nerveux avant de faire une présentation. Alors c’est ok de me sentir nerveuse.
3. Je ne veux pas qu’ils me disent que ma nervosité paraissait après que j’ai terminé. 3. J’aime quand mes amis me félicitent après que j’ai fini ma présentation.
4. Mon sujet n’intéressera pas les autres. 4.
Ce sujet m’intéresse beaucoup, j’en suis passionnée, et j’ai hâte de le partager. 
5. En anglais, prononcer certains mots est difficile; j’ai un accent. 5.
J’accepte que j’aie un accent; comme toutes les nationalités du monde ont un accent lorsqu’elles parlent une langue seconde.
6. J’ai même pas droit à mes notes! Et je ne suis pas bonne pour apprendre par cœur. 6.
Lorsque j’ai lu mon texte autant de fois que nécessaire pour être à l’aise avec, je me fais confiance que je peux parler de mon sujet librement.
7. J’ai peur de bégayer et d’oublier ce que j’ai à dire. 7.
Les gens qui m’écoutent ne savent pas ce qu’il y a dans mon texte. Alors si j’oublie quelque chose, il n’y a que moi qui le saurai.
8. Je n’aime pas avoir l’attention sur moi 8.
Je mets mon attention sur mon sujet passionnant. Je laisse les autres choisir sur quoi ils mettent leur attention.

 

PROVERBE CHINOIS :

« Le travail de la pensée ressemble au forage d’un puits; l’eau est trouble d’abord, puis elle se clarifie. »

 

Amusez-vous à pratiquer avec cet outil!

Merci de partager vos expériences en laissant un commentaire.

 

Chaleureusement,

Francine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *