Uncategorized

L’épuisement parental… Connaissez-vous?

Bonjour ……,
Melissa 2Dans le dernier article, Lise Racine nous amenait à réfléchir sur le sens de l’attitude préférence versus l’attitude exigence. Cette réflexion pourrait nous être utile pour éviter une panoplie d’émotions désagréables comme la frustration, le stress et même l’épuisement. L’outil privilégié était celui de réévaluer son dialogue intérieur. Ce mois-ci, Melissa Scullion, fondatrice du Groupe d’entraide pour parents de Gatineau, a choisi de partager avec nous une expérience de vie qui a quelque peu transformé sa façon de voir les choses. Je vous souhaite donc bonne lecture et n’oubliez pas de nous laisser un commentaire si vous avez aimé. Continuer la lecture

L’attitude exigence ou l’attitude préférence

Déjà mi-février! Est-ce que vous célébrez l’hiver doux que nous avons? Moi j’en profite pour faire plus de plein air, et vous? Pour le blogue de février et mars, j’ai fait appel à des collègues que j’aimerais vous présenter et je leur ai demandé d’écrire un article pour vous les parents-leaders.
Le premier article est présenté par Lise Racine, formatrice qui enseigne comment gérer l’anxiété; c’est comme ça que je l’ai connue il y a huit ans. J’ai beaucoup appris à ses côtés et son article d’aujourd’hui nous amène à une belle réflexion sur nos exigences envers nos enfants, nos conjoints, la vie. Continuer la lecture

Saisir l’opportunité dans les écarts de comportements

saisir_opportunite

Transformer les écarts de comportements de votre enfant en opportunités d’enseignement

Je profite de ce premier article de l’année pour vous souhaiter une année remplie d’opportunités et de plaisir à grandir grâce à vos enfants. 😉

Pendant la période des fêtes j’ai eu la chance de passer quelques jours au soleil et d’observer les familles qui prenaient du bon temps ensemble. Une chose qui était très populaire à Cuba était de commander une noix de coco que le serveur tranchait sur le dessus et y insérait une paille pour en déguster l’eau sucrée à l’intérieur. Continuer la lecture

3 Trucs pour déjouer le perfectionnisme

3 Trucs pour déjouer le perfectionnisme

_______________

Qui n’accepte que la perfection obtient trop rarement satisfaction.

_______________

Êtes-vous un perfectionniste ou vivez-vous avec un perfectionniste? Ou avez-vous déjà vécu avec un perfectionniste? Peut-être êtes-vous un tantinet perfectionniste vous-même?

target-1551491__180L’autre jour je dînais avec une amie qui me parlait de son père perfectionniste et de l’impact que cela avait eu sur elle et continuait d’avoir. Étant moi-même un tantinet perfectionniste, ça m’a fait réfléchir un peu.

Le perfectionnisme n’est pas mauvais en soi car il nous amène à produire du travail de qualité, à bien analyser des situations et à bien faire les choses. Là où il peut devenir un problème, c’est quand on exige la perfection de soi-même en tout temps, dans toutes les sphères, ou pire, quand on impose aux autres nos critères de perfection.

C’est une façon de penser, très souvent inconsciente, qui nous amène parfois à reprendre les autres et à les critiquer. Tout le contraire de ce qui contribue à la confiance et à l’estime de soi de nos enfants, nos collègues, nos employés.

Imaginez ceci : vous êtes en train d’expliquer quelque chose et la personne qui vous écoute ne cesse de vous reprendre à chaque quatre mots. Vous mettez la table pour un souper social et votre conjoint/ conjointe replace les ustensiles et les verres à la « bonne » place. Vous livrez un rapport et votre patron vous le fait recommencer. Vous apportez un petit cadeau à votre mère et ce n’est pas le bon cadeau, la bonne grandeur, ou la bonne couleur. Comment réagir à toutes ces critiques, qui soit dit en passant ne sont pas intentionnées comme des critiques mais simplement le reflet de quelqu’un qui veut faire les choses correctement. Mais pour nous qui recevons cette information, c’est comme une critique. Alors que faire?

Souvent nous avons tendance à minimiser les commentaires provenant d’un perfectionniste en se disant qu’il n’a pas voulu nous blesser ou en pensant qu’il a peut-être raison et que nous devrions faire plus attention et changer notre façon de faire. Sans le réaliser vraiment, cette attitude peut s’avérer très nocive. À moyen et à long terme elle affecte notre confiance en soi.

J’ai voulu amener ce sujet pour nous rendre un peu plus conscient des commentaires que nous faisons parfois à nos enfants. Que vous soyez du style parent qui reprend souvent ce que son enfant fait ou dit, ou que vous soyez la personne qui reçoit la critique d’un perfectionniste, ces petits trucs pourront vous aider.

TRUC #1 – Prenez conscience du malaise ressenti suite aux commentaires dits ou reçus

dart-776196__180Quand vous dites ou recevez un commentaire ou une critique de ce genre comment vous sentez-vous? Frustré, en colère, triste, affecté dans votre confiance? Prenez le temps de l’identifier et de l’accueillir. Peu importe le sentiment, il est légitime.

TRUC #2 – Déterminez l’impact que le commentaire ou la critique a sur vous et dites-le à la personne. Peut-être que leur critique vous démotive parce que vous avez mis beaucoup d’effort dans votre travail; ou si c’est vous qui avez fait la critique, peut-être regrettez-vous ces paroles et que vous êtes triste de lire la déception sur le visage de votre enfant.

Pour faciliter cette communication vous pourriez dire quelque chose comme : « Est-ce que je peux te dire quelque chose ? », et ensuite exprimer ce que le commentaire vous a fait vivre à ce moment-là. Ne succombez surtout pas à la tentation d’inclure les derniers six mois de frustration dans cette conversation. Tenez-vous en au commentaire qui vient d’être dit.

Si vous êtes la personne qui a fait le commentaire ou la critique s’il vous plaît essayez d’être ouvert à recevoir cette information comme étant une tentative d’améliorer la relation. Lorsqu’une personne a le courage d’exprimer ce qu’elle vit à son proche – parent, conjoint/conjointe, ami, collègue, elle fait preuve de beaucoup d’amour non seulement pour elle-même mais aussi pour vous qui recevez cette information puisqu’elle tient assez à la relation pour prendre le risque d’en parler.

rose-186331__180TRUC #3 – Changez de musique. Observez les bons coups, et au lieu de faire une critique pourquoi ne pas faire un compliment? Souligner une chose qu’on apprécie de l’autre? Pourquoi ne pas mentionner une chose que l’autre fait bien? Par exemple : « Je suis fière d’être ta mère. » ou « J’aime ton sens de l’humour. » Ceci aura pour impact non seulement de diminuer le stress général de la relation et de renforcer celle-ci, mais augmentera la confiance en soi chez l’autre. N’est-ce pas notre souhait ultime que notre enfant soit confiant, qu’il ait une bonne estime de soi, et qu’il ait confiance en nous?

Bonne pratique et bonne semaine!

Chaleureusement,
Francine

Continuer la lecture